Interpreter la musique dans l'harmonie du couple

Toute la musique sur Todo Tango

La page d'accueil de Tango-Velours

Notre association Tango-Velours

Les activités de Tango-Velours

Les actualités de Tango-Velours

Photos, videos de Tango Argentin

Quelques sensations, définitions du Tango Argentin

Communiqués et articles de presse à propos de Tango-Velours

Comment nous écrire

Liens vers des sites amis du Tango Argentin

vers le site du lieu La Tangueria



Quelques sensations à propos du tango argentin

Videos de Tango sur YouTube

Un monde d’émotions....et d’expressions.
Un chemin vers toute chose......une vie.
Une ouverture sur soi...vers les autres.
Une connexion entre les corps..les âmes.
Un dialogue.......sans mots.

  • Un chemin pour mieux connaitre l'autre (Fabrice Hatem Salida N65)
  • Une Milonga est un bal ou l'on danse : Le Tango, La Valse et la Milonga.
  • La Milonga est donc une danse, rythmée et joyeuse.
  • Une Tanda est un ensemble de 3 à 5 morceaux pendant lesquels les couples restent formés.
  • Les Tandas sont séparées par des Cortinas (musiques exotiques) de 20 secondes environ pendant lesquelles les cavaliers raccompagnent leur danseuse.
  • A l'intérieur d'une Tanda les morceaux sont du même type de musique, même époque etc...Le premier et le dernier sont généralement connus ou célèbres, les intermédiaires sont généralement à découvrir. Une soirée pourra être composée de 3 Tendas de Tango, 1 de Valse, 2 de Tango, 1 de Milonga, 2 de Tango, 1 de Tango Nuevo etc.. Une soirée se termine en générale par 3 Cumparsita, célèbre morceaux, dont il existe de très nombreuses interprétations.
  • Un seul corps, 4 jambes, des pattes de velours pour un Tango félin.
  • Le danseur interprète la musique et conduit la danseuse dans des arabesques voluptueuses.
  • 10 minutes pour apprendre une figure, 10 ans pour apprendre à marcher.
  • Quand j'avance la jambe droite (pour faire un pas en avant), j'avance également la hanche gauche.
  • Quand je recule la jambe gauche (pour faire un pas en arrière), je recule également la hanche droite.
  • Les genoux sont serrés, (comme des frères jumeaux, ils n'aiment pas être séparés) le passage aux chevilles : obligatoire.
  • La danseuse est une magnifique voiture de course, la danseur saura t il la conduire pour exprimer beauté et harmonie.
  • Le danseur conduit avec son buste (en mon buste je crois), les bras sont presque inutiles.
  • La danseuse est programmée pour rester face au danseur, les bustes sont parallèles.
  • Elle recule comme avancent les mannequins, sur une ligne.
  • Dans la marche, chaque pas est initié par le danseur, la danseuse reçoit cette intention (transmise essentiellement par le buste), tend la jambe libre en arrière puis ensuite, déplace son corps qui reste connecté au buste du danseur. Ensuite seulement le danseur avance la jambe, la ou il sait qu'il y a de la place, naturellement pour soutenir le poids de son corps.
  • Le pas : 1/2 temps pour ramener la jambe arrière, 1/4 de temps d'arrêt aux chevilles, 1/4 temps pour poser la jambe avant.
  • Quand je pousse un chariot mon buste est en avant de mes pieds. (Ni Charlot, ni Panthère Rose)
  • C'est la jambe d'appui qui travaille (par exemple elle propulse le danseur en avant), la jambe libre ne fait que des fioritures.
  • Le contact danseur, danseuse se fait par le haut du corps, les bassins ne se touchent jamais.
  • La connexion : Les bustes sont liés par un système élastique nommé connexion. C'est un peu comme un ensemble de ressorts comprimés par des élastiques ou encore un ballon de baudruche qui ne doit ni tomber ni éclater. Cette connexion peut être obtenue par contact direct mais ce contact peut être virtuel. A titre d'exercice il est possible de danser le tango sans contact physique, dans ce cas la danseuse a les yeux rivés sur le sternum du danseur, c'est pour elle un excellent exercice d'écoute et d'équilibre. En Tango Nuevo cette connexion peut être très lâche, se rompre temporairement, mais elle reste fondamentale. Elle existe même si la distance entre les danseurs s'étire.
  • Le danseur sait en permanence sur quelle jambe est sa danseuse. Elle n'est que très fugitivement sur les deux, lors d'un transfert du poids du corps appelé "pas". La majorité du temps elle est sur une seule jambe.
  • Dissociation haut et bas du corps : les bustes restent face à face les bassins et jambes pivotent.
  • La danseuse présente une légère, mais constante résistance à l'avancée du danseur, elle ne le tire jamais, jamais, et le danseur ne ressent pas sa pose de pied (bloum le sac de patates).
  • La danseuse n'exécute pas la figure qu'elle a apprise, le danseur la guide à chaque instant, l'invite..à stopper ... à poursuivre, chacun attendant l'autre.
  • Le danseur n'éxécute pas une suite de pas savamment mémorisés, il positionne son corps pour guider la danseuse et ses pieds se posent naturellementellement pour constituer ses points d'appuis.
  • Le danseur écrit la musique avec le corps de la danseuse.
  • Ce n'est pas la danseuse qui pose le pied au bon endroit c'est le danseur qui lui propose (avec son buste) de se mettre la ! et elle, pose naturellement son pied pour soutenir le poids de son corps.
  • Rester sur son axe : la verticale du centre de gravité passe par les points d'appui. La condition humaine : sa verticalité. Un axe : c'est une ligne imaginaire autour de laquelle ... on pivote.
  • Pour rester face au danseur, la danseuse déséquilibrée sur le côté ne peut que croiser (5 de la salida). Il ne s'agit pas pour la danseuse de savoir si dans telle ou telle figure elle doit croiser ou non, elle doit faire ce qu'elle ressent. Le couple marche, alors que la danseuse a tout son poids sur sa jambe droite, le danseur tourne légèrement le buste dans le sens inverse des aiguilles d'une montre, la danseuse qui est programmée pour rester face au danseur veut se déporter sur la droite (mais il va me faire tomber cet abr...), elle ne peut que préparer la suite en disposant son pied gauche à droite de son pied droit. Mais attention c'est le danseur qui pose le pied de la danseuse. Si il suspend son mouvement au niveau de l'intention, la danseuse ne pose pas, c'est la suspension.
  • A partir de la hanche, la jambe de la danseuse appartient au danseur.
  • Ma belle danseuse, ne fais pas tes huits arrières toute seule, c'est moi qui te guide, à tout moment je peux arrêter le mouvement, tu dois vraiment m'écouter.
  • Mon danseur, grand, beau et fort, si tu ne sais pas ce que tu veux faire, o aller, je ne peux rien pour toi, c'est toi qui conduit, montre moi clairement ton intention, mais laisse moi terminer mes fioritures.
  • Dans le boléo, le danseur joue avec l'inertie de la jambe de la danseuse. Quel beau laché de jambe !
  • Tango et biomécanique : articulation, masse, inertie, énergie. La grâce de la danseuse provient de sa faculté à amplifier le phénomène d'inertie.
  • Bloquée par la jambe du danseur au niveau de la cuisse, la danseuse jette sa jambe en arrière, récupérant ainsi son équilibre (conservation de la quantité de mouvement) : c'est la gancho.
  • Le gancho est extérieur quand le déséquilibre est dans l'axe de danse, intérieur (entre les jambes du danseur) quand à la suite d'une rotation le déséquilibre est perpendiculaire à l'axe de danse.
  • Il n'y a pas un "tango traditionnel" et un "tango nuevo" ( le "tango nuevo" est le nom que Piazzola a donné à sa musique). Il n'y a qu'un seul tango, qui évolue, s'enrichit mais ne renie rien. (Pascal Botella)
  • Quand on danse on ne parle pas, le danseur se concentre sur sa meilleure interprétation de la musique, et la danseuse est à l'écoute sensorielle du danseur.
  • L'invitation du regard (mirada y cabeceo) : Dans une milonga, en début de tanda (ou en fin si on veut limiter le risque) les regards se croisent ... et on se retrouve sur la piste, on s'enlace puis 10 à 15 secondes après, une fois que la musique est passée des oreilles au coeur ... le premier pas.


Tango Stretching Excercises by Bob Anderson

Marche nordique

Des pas de velours pour un Tango félin. © Tango-Velours 2008-2016 Mentions légales